Actualités

Dans la continuité de Rio+20 où INDP avait présenté le projet puis de la COP21 à Paris où l’ONG avait mis en avant des actions de jeunes, INDP s’est envolé cette fois-ci pour Marrakech et la COP22.

INDP par l’intermédiaire de son directeur Augustin Brutus, a été présente sur trois manifestations :

Pour une action culturelle

Jpg Art Cop 22 A4 2

Par l’évènement WACE (Word Art Coop’Expression) co-organisé avec les associations ADEPE et INDP, l’association Arkane Afrika a voulu donné la parole à des artistes du monde entier sur leur vision du changement climatique, par le biais de l’art contemporain. 

Différentes œuvres présentées lors de l'exposition.

Pour mettre en avant l’action des jeunes

INDP est venu en appui à la coopération Suisse au Maroc pour mettre en lumière la parole des jeunes et leur offrir un carrefour où peuvent se croiser idées, projets et critiques, leur offrir l’opportunité de montrer leurs actions.  Pour cela INDP a fait intervenir Elsa Müch, une ancienne stagiaire de l’ONG. Elle est aujourd’hui engagée auprès d’un centre social où elle travaille sur l’éducation populaire, sujet qu’elle a partagé à travers une conférence lors de la COP22 [].  Elle était accompagnée par deux jeunes en service civique qui ont réalisé un film [bientôt disponible] sur ce sujet.

Tag imaginé par des jeunes présent à la COP22

Pour une action agro écologique

Img 2471

Au forum de la Terre, se sont plus ses actions agro-environnementales qu’INDP a présentées. Cet événement centré sur l'agro-écologie était organisé par Terre Humanisme Maroc, Orange Bleue et le RIAM (Réseau des Initiatives Agroécologiques au Maroc).

En plus de cela, INDP a soutenu l’initiative de ses partenaires de longue date, Meriem Houzir d'AlliaDev et Benoît Théau d’Iguapura. Ils ont voulu avec le projet Initiatives Climat, mettre en lumière des alternatives déjà existantes dans l’Afrique francophone. Ces alternatives qui luttent contre les effets des changements climatiques et pour le développement durable sont des initiatives d’ONG, de collectivités locales ou encore d’entrepreneurs individuels.

Quelques impressions sur la COP22

« Quand on ne fait que passer à la COP22, quand on fait la course aux expositions et conférences, peu de choses restent réellement. Au contraire, avoir la chance de rester quinze jours permet de prendre le temps de discuter, de retourner sur un stand qui interroge, de comprendre et sélectionner les projets qui ont du sens. J’ai été positivement surpris par les solutions qui sont trouvées à tous les niveaux et sur chaque aspect (social, économique, politique, culturel). Il y a beaucoup d’initiatives qui touchent sur le terrain les besoins primaires des populations. Ces solutions doivent être mises en avant car elles sont réalisables à moindre coup et ont déjà fait leurs preuves. Il y a eu beaucoup de discussions entre politiques, entreprises, associations et ONG qui ont débouchées sur des alliances, sur de futures collaborations. J’ai senti plus d’attention de la part des responsables administratifs et politiques, peut-être parce qu'on ne peut maintenant plus nier le changement climatique dont les effets sont assez visibles.

Enfin, le fait que la COP ait  eu lieu cette année en pleine ville a permis de toucher un large public. Il y a eu un grand effort d’organisation, de mise en place d’animations au sein de Marrakech  qui ont donné à l’événement un caractère festif.

Pour INDP, ça a été l’occasion de voir que d‘autres avancent dans la même direction, et de s’imprégner des idées et des méthodes qui peuvent être reprises en Inde.

"Quand tu participes à ce genre d’événement, l’espoir renaît." 

Augustin Brutus.

Animations au sein de Marrakech

INDP partage avec vous deux articles de presse[voir en haut à gauche] sur deux événements en lien avec la COP22: "l'Accord de Paris" et "Le sommet des consciences"